jeudi 23 septembre 2010

Septembre 2010 : Saint-Pétersbourg

Nouvelle destination après un été chaud en Russie : Saint-Pétersbourg !
La célèbre «Venise du Nord», appelée par les Russes Piter, a aussi connu un record de chaleur cet été avec 37,1°C le 7 août.


Pratiquement indemne de la période de reconstruction stalinienne (1930-1950), le centre-ville de Saint-Pétersbourg regorge de splendides palais, de monuments historiques impressionnants, d’avenues bordées d'arbres et de superbes ponts. Datant de presque 300 ans, Saint-Pétersbourg est une ville pleine de richesses historiques et culturelles.
" Ville somptueuse, ville pauvre,
A l'esprit servile, à l'aspect harmonieux,
La voûte pâle de ses cieux,
L'ennui, le froid et le granit [...] "
Alexandre Pouchkine, 1828

Un peu d’histoire ?
Saint-Pétersbourg est une ville relativement jeune, qui fut fondée en 1703 par le tsar Pierre le Grand. Après la victoire sur les Suédois, il voulut construire une ville qui serait ouverte sur l’Europe et serait une vitrine de la Russie. Ce fut la capitale de la Russie jusqu'en 1914. Elle a été renommée Petrograd en 1914 puis Leningrad en 1924 et est redevenue Saint-Petersbourg en 1991.

Pendant le règne d'Elisabeth, fille de Pierre le Grand, Saint-Pétersbourg fut développée comme une belle capitale européenne afin de rivaliser avec celles de l'Ouest de l’Europe.
La splendeur impériale de Saint-Pétersbourg se retrouve dans les résidences royales comme le Palais de Peterhof ou la cathédrale de Smolny en style baroque.

Elisabeth passa la commande du Couvent Smolny et du Palais d'Hiver, mais elle est morte avant que ces deux bâtiments soient achevés. Ironiquement, pendant le règne d'Élisabeth, la zone près du palais, qui fut plus tard nommée la place du Palais, fut utilisée comme pâturage pour les vaches royales.
Contrairement à certains de ses prédécesseurs, Elisabeth a préféré nommer des Russes et non des étrangers aux plus hautes fonctions dans le pays et, comme mécène des arts et des sciences, elle a créé l'Académie Russe des Arts. Elisabeth fut une personnalité très vivante et très sociale qui organisait de nombreux bals, réceptions et feux d’artifice. Et elle parlait couramment le français !

Ensuite, la femme de Pierre III (fils d'Elisabeth), Catherine II, développa la vie culturelle de Saint-Pétersbourg. Catherine II était passionnée de culture de l’Europe de l’Ouest et elle invita à Saint-Pétersbourg de nombreux artistes comme des écrivains, des peintres, des sculpteurs, etc …
Le Palais d’Yekaterininsky à Tsarskoïe Selo (ville de Pouchkine) a été transformé par Catherine II en une magnifique résidence royale avec un vaste jardin. Nous n’avons pas eu le temps de le visiter : ce sera pour la prochaine fois !

Saint-Pétersbourg est une destination fascinante et c’est, historiquement, une des villes importantes d’Europe qu’il faut visiter


3 jours de visite ?
En arrivant de Moscou par le train de nuit, il y a la solution de prendre le métro qui ressemble à celui de Moscou (sans les annonces des stations …) ou de sortir sur la grande avenue «Nevsky Prospect » longue de 4 km. 
A noter le bon confort du train couchettes avec le tapis sur le sol, toute la literie fournie et le coin café / thé au bout du wagon où une dame nous le vend pour un prix raisonnable à toute heure du voyage. A l'arrivée, il y a beaucoup de monde sur le quai !
 

Nevsky Prospect est très animée dans la journée mais plutôt calme à l’arrivée du train à 7h du matin. Pas facile de trouver un café ouvert pour prendre un petit déjeuner si on veut éviter le MacDo !
Merveilleux, il y a même des plans de la ville et l'indication (en Russe) où on se trouve. On découvre les premiers canaux : il paraît qu'il y a 342 ponts (plus de 400 à Venise pour comparer).
 

Sur Nevsky Prospekt se trouve la cathédrale Notre-Dame de Kazan qui fut construite au début du 19ème siècle et qui a été pensée comme une copie de Saint-Pierre-de-Rome. A l'intérieur les volumes sont impressionnants et on peut y voir les étendards de l'armée de Napoléon pris par les troupes Russes lors de la déroute de Bérézina.
 

Allons maintenant au bout de Nevsky Prospect pour voir la place du Palais et la colonne Alexandre. C'est le cœur de Saint-Pétersbourg et la place principale de la ville avec le beau Palais d'Hiver en style baroque.
  

Entrons maintenant dans le musée de l'Ermitage au sein du Palais d'Hiver. Il faut compter une demi-journée pour le visiter : quelques photos ci-dessous donneront une idée de la richesse des collections présentées.












En revenant sur la place du Palais, le carrosse nous attend ... Non, on ne fera pas cette option de visite mais plutôt la promenade en bateau sur les canaux et la Neva.



Une promenade le soir pour terminer cette 1ère journée ... oh, surprise, les tramways sont à l'arrêt !  Normal, c'est une grosse panne électrique sur la ville et ce n'était pas arrivé depuis plus de 5 ans ... 2 h plus tard, tout était reparti !



Allons faire un tour à l'Amirauté : c'est ici que furent construits certains des premiers navires de la Flotte de la Baltique de la Russie. Le bâtiment a été restructuré en début du 19ème siècle pour être un merveilleux exemple du style Empire russe, avec des colonnes blanches, du stuc et une flèche brillante, visible de loin.
En allant vers la Neva, on trouve le Cavalier de bronzeCe monument équestre impressionnant a été commandé par l'impératrice Catherine la Grande en l'honneur de Pierre le Grand, le fondateur de la ville. La statue a été l'objet d'un poème de Pouchkine : elle représente un héros romain intrépide.



Le 2ème jour fut consacré à la visite du domaine de Peterhof. En prenant le métro puis un bus c'est assez facile d'accès.




Un luxueux palais impérial fut construit en 1710 sur la rive du golfe de Finlande par Pierre le Grand. Connu comme "Le Versailles Russe", le palais comporte quelques intérieurs bien restaurés et un magnifique parc plein de statues, de pavillons et de fontaines. 



On comprend pourquoi dans le bus les Russes nous parlaient du parc des fontaines quand on leur demandait où était Peterhof !

A l'intérieur du Palais les photos sont interdites mais on en trouve sur Internet ...

Le 3ème jour fut consacré à la forteresse Pierre-et-Paul et à ses environs.
La forteresse fut construite pour protéger la ville de la menace des attaques suédoises et c’est maintenant l'emblème de la ville et le lieu de repos de la plupart des tsars de Russie.
Mais avant d'entrer, regardons quelques sculptures de sable sur la plage qui est à côté.




Il faut veiller à ne pas se trouver près des canons vers 12h car cela surprend : on a failli se jeter à terre dans le sable !
On peut voir les tombes des tsars dans l'église et visiter la prison (n'est plus utilisée).




Allons maintenant voir la cabane de Pierre le Grand.
Ce fut la toute première maison en bois construite à Saint-Pétersbourg et la demeure de Pierre le Grand entre 1703 et 1708. Ce qui est curieux, c'est qu'elle se trouve à l'intérieur d'une maison de pierre ... afin de mieux la conserver.


Continuons dans le quartier pour monter à bord du croiseur AuroreCe vestige russe a été construit à la fin du 19ème siècle et a servi pendant la guerre russo-japonaise de 1904-05. C'est de ce croiseur qu'à été donné le signal de la Révolution d'Octobre 1917.


Nous allons terminer notre visite de Saint-Petersbourg par l'église de Notre-Seigneur-sur-le-Sang-Versé qui fut construite à l'endroit où l'empereur Alexandre II a été assassiné en 1881. Elle a une profusion  de bulbes colorés, et un intérieur remarquable en mosaïque. Saint-Pétersbourg se devait de répondre à la cathédrale Saint-Basile de Moscou ! 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire